Conseils pour lutter contre les terreurs nocturnes

 

 

Les terreurs nocturnes : informations et conseils


 

Les terreurs nocturnes chez l’enfant se produisent généralement en première partie de nuit.

Votre enfant se redresse dans son lit, et il se met à pleurer, crier et transpire. Il à tous les symptômes d’une personne terrifié. Mais en fait, il est encore endormi, et il se calmera après quelques minutes pour finir sa nuit tranquillement. Ne le réveillez surtout pas, en effet il ne gardera aucun souvenir de sa terreur nocturne et ne pourra pas vous expliquer la cause de son agitation. De plus il aura peut être du mal à se rendormir.

Il existe deux grandes causes de terreur nocturne. La première est un déficit de sommeil chez l’enfant. Par exemple au moment de la suppression de la sieste, votre enfant peut manquer de sommeil et connaître des terreurs nocturnes. Essayer dans ce cas de lui proposer de se reposer dans la journée. La seconde cause peut être la manifestation d’un conflit intérieur qu’il n’arrive pas à résoudre et l’angoisse. Comme par exemple un problème familial ou à l’école ! Si les terreurs nocturnes persistent consulter un médecin qui pourra aider votre enfant.

Les cauchemars


Contrairement au terreur nocturne, les cauchemars surviennent en fin de nuit. Il s’agit en fait d’un mauvais rêve (monstre, fantômes,…) qui arrive pendant le sommeil paradoxale. Dans ce cas votre enfant est pleinement réveillé et se rappelle parfaitement son cauchemar. Allez le voir et rassurez le pour qu’il se rendorme. Pour éviter qu’il ne fasse trop de cauchemars surveiller ces lectures et ce qu’il regarde à la télé et préciser lui bien que les monstres n’existent pas.

Les cauchemars ne sont pas un trouble du sommeil et s’estompe généralement avec l’age.