Bien dormir : éviter les drogues et alcool

 

 

Sommeil, drogues et alcool ne sont pas compatible


Drogues et alcool peuvent entraîner une baisse de la vigilance et un endormissement rapide. Mais malgré cet endormissement rapide, l’alcool ne permet pas de bien dormir et entraîne des troubles profonds du sommeil.



En effet le sommeil est une alternance de cycle de sommeil paradoxal (les rêves) et de sommeils lents. Ces phases se succèdent sans réveil lors d’une nuit normale. Or une absorption d’alcool entraîne la perturbation de la transition sommeil profond / sommeil lent. Les périodes ayant consommé une grande quantité d’alcool se réveille donc en pleine nuit après 4 ou 5 heures de sommeil. Et à ce moment, il est impossible de se rendormir. En effet l’effet assoupissant de l’alcool à disparu mais les effets de l’alcool se font encore sentir pendant plusieurs heures. Il est alors impossible de se rendormir.

Pour une personne alcoolique les effets à long terme du manque sommeil ont rapidement des conséquences importantes. En effet la vigilance est réduite dans la journée et l’irritabilité augmentée. La drogue elle aussi entraîne une perturbation du sommeil similaire à celle de l’alcool. Certaines drogues peuvent empêcher le sommeil et quand les effets s’estompent le sommeil est catastrophique et non réparateur. De plus la consommation de drogue est formellement interdite et vous risquez d’importants problèmes judiciaires.

En conclusion pour bien dormir ne consommez ni drogue, ni alcool. Adopter plutôt la méditation qui au contraire vous aidera à bien dormir.